La Défense Aérienne

CADRE D’EXECUTION

Le CDAOA est responsable, en toutes circonstances, de la défense aérienne, dans l’espace national.

A ce titre, le général CDAOA est chargé sous l’autorité du Premier Ministre de l’application des mesures de sûreté aérienne, dans les conditions fixées par le gouvernement. Cette mission est permanente, à caractères interarmées et interministériel.

L’ANTICIPATION ET LE RENSEIGNEMENT : LES CLES DE LA REUSSITE

Cette mission de sûreté aérienne repose avant tout sur le besoin d’un renseignement précis, permettant d’anticiper et d’améliorer notre réactivité.

10 à 15.000 appareils survolent quotidiennement la France. Un renseignement précis permet de cibler les vols à surveiller. Dans ce cadre le CDAOA participe régulièrement au comité interministériel du renseignement (CIR) présidé par le Secrétariat général de la défense nationale (SGDN).

Mais le CDAOA dispose aussi de nombreux points de contact interarmées et interministériels afin de bénéficier des informations nécessaires en temps réel et d’agir en conséquence.

Afin d’anticiper les actions sur des mobiles aériens se déplaçant très rapidement, il faut détecter (réseau maillé des moyens de détection civils et militaires), identifier et réagir (Mesures actives de sûreté aérienne) le plus tôt possible pour évaluer la menace à son juste niveau et prévenir les autorités avec la plus grande anticipation possible.

Ainsi, des processus de coopération ont été développés avec les pays frontaliers de la France, pour mieux contrer les menaces transitant dans les espaces aériens limitrophes.


La réactivité de l’Armée de l’air est assurée par le déploiement rationnel sur le territoire national des moyens de sûreté aérienne, le positionnement des avions d’interception et des hélicoptères (pour lutter contre les moyens lents) permet de réagir rapidement face à une menace aérienne (en moins de 10 minutes).